Outils pour utilisateurs

Outils du site


machine à pas donner des cigarettes

Status

Status du project
Date de début 01/01/2016
Status work in progress
initiator julio

Description

Le but de ce projet est de construire un distributeur de cigarettes temporisé.

Les contraintes:

1. La boîte doit contenir 200 cigarettes et mettre env. 5 heures pour en délivrer une.

2. Elle doit être verrouillée et raisonnablement inviolable mais doit se déverrouiller automatiquement une fois vide.

3. Pas d'électronique, le moteur sera une minuterie de cuisine mécanique.

4. Les pièces doivent être fabriquées sur place, si possible imprimées, à l'exception de la minuterie et de l'hygromètre (à cause des cheveux).

5. les cigarettes doivent être délivrées au sommet de la boîte.

6. Le tout dans des dimensions intérieures relativement modestes: 12.5 x 16 x 22 cm.

To Do

  • Le design est à peu près terminé et je pense qu'il fonctionne, mais ça fait quand-même beaucoup de petites pièces à imprimer. Si vous avez le temps d'y jeter un oeil, je ne serais pas contre une ou deux idées pour le rendre plus élégant → plus fiable et simple à fabriquer.

  • De manière générale, je suis ouvert à toute proposition d'amélioration technique ou esthétique, tant que les contraintes sont respectées. Le modèle sketchup sera à disposition.
  • La qualité d'impression sera déterminante, et les pièces devront probablement être rectifiées.
  • La boîte, trouvée aux puces, a un certain charme (en tout cas assez pour me faire de la peine quand j'envisagerai de la forcer) mais elle a connu des jours meilleurs. Elle a besoin de quelques réparations et modifications, si possible à la cnc.
[cigarettes_dispenser] Interested in joining this project
Nomparticipation activeparticipation passivesuivre de loins
Julio2016-01-08 02:56:49  
Achraf  2016-01-12 09:39:23
Sebastien CHASSOT 2016-03-14 23:32:52 
Charlie  2016-08-25 14:15:20
 112


27 janvier 2016

Le premier problème à résoudre: trouver un mécanisme qui hisse la cigarette délivrée jusqu'au sommet de la boite.

Vu l'espace restreint, la cigarette extraite du réservoir se trouve pratiquement au fond de la boite, il faut donc trouver un système qui la fasse monter de 11cm et qui soit contenu dans cette hauteur. Ça n'est pas si simple, avec un rack et un pignon par exemple , ça ne marche pas.

On me fait gentiment remarquer qu'une petite porte en bas à droite réglerait élégamment ce problème. C'est évidemment hors de question. OK pour la 3D, mais le ridicule est une dimension importante qu'il ne faut pas négliger.

  1. Avec des poulies

Ma première idée était de cacher des poulies dans les plateaux de support du mécanisme:

essai avec un fil en acier tressé:

Disons que ça pourrait fonctionner, il suffit de 50g l'actionner à chaque fois, mais je ne suis pas très optimiste sur le comportement à long terme, je préférerais un mécanisme avec un contact un peu plus franc.

  2. Bras articulé

Ici on essaie d'avoir un bras de longueur fixe pour de limiter les frottements sur le palier à l’extrémité du bras:

Ça fonctionne aussi, mais ça coince un peu en bout de course.

Apparemment, j'essaie de faire un lien de Hoeken:

Avec les bonnes proportions le mouvement a bien une portion rectiligne (→ bras de longueur fixe), mais elle est trop courte. Pour avoir un dénivelé de 11cm, il faudrait un bras de 15cm, ce qui est trop long. Même en agrandissant la roue de gauche, Il n'y aura pas la place.

 3. Lien de Peaucellier

Encore un truc qui date de la machine à vapeur:

C'est beaucoup plus compact et le frottement est quasi-constant sur toute la longeur du mouvement, allons-y comme ça.

Before:

After:

Les axes des articulations sont maintenus par des disques qui glissent les uns sur les autres. Ils sont en bronze fritté (auto-lubrifiant) et on ne les entend pratiquement pas lorsqu'ils roulent sous un meuble.

Ici avec une pièce de 5ct.

La gorge sur la tranche c'est pour les sertir dans l'ABS au fer à souder. Ils sont tournés et ajustés au 1/20 mm, dans ce projet on déconne pas avec la précision.

Le montage final:

Le ressort est un peu fort, mais si je n'arrive pas au bout de ce projet je pourrai toujours en faire un grille-pain.



14 mars 2016

Bon, j'ai terminé le montage de la partie de distribution.

1. Minuterie mécanique  
2. Plateau de distribution  
3. Logement cigarette  
4. Poussoir  
5. Détente  
6. Gachette  
7. Actionneur du peaucellier  
8. Peaucellier  
9. Berceau  
10. Actionneur de la serrure  

mécanisme de déverrouillage, vu du dessous:

11. Ergot
12. Accroche (butée?)
13. Suiveur
14. Bascule (?)



J'ai fait quelques modifications depuis la dernière fois:

Le peaucellier est maintenant fixé sur les côtés de l'axe pour réduire les risques de blocage.


Lorsque l'actionneur redescendait sur la gâchette, le berceau remontait légèrement. Pour éviter ça, j'ai ajouté un ressort.


 ===== Description du fonctionnement =====

La machine délivre 3 cigarettes, puis se déverrouille.

La minuterie fait faire un mouvement de va-et-vient au plateau de distribution.

Lorsqu'on la remonte:

Le poussoir monte l'actionneur en étirant un ressort.
Le berceau descend au fond de la boîte.

en bout de course:
la gâchette bascule et bloque l'actionneur en position armée.
Une cigarette tombe du réservoir dans le logement.

Lorsque la minuterie se déroule:

Le plateau de distribution avance d'un centimètre par heure.
Le poussoir redescend.

en bout de course:
La cigarette tombe du logement et roule dans le berceau.
Le plateau continue sa course et pousse la détente, ce qui libère l'actionneur et remonte le berceau.


Dans le système de déverrouillage, c'est la cigarette qui sert de came au suiveur (c'est amusant ça).

Si le logement est vide, le suiveur tombe dedans et la griffe emporte le tout pour déverrouiller la boîte.
Il faut que ce soit fiable, la moindre défaillance aurait des conséquences désastreuses!

- Si la boîte est vide mais ne se déverrouille pas, je suis obligé de la casser alors que je m'étais promis de ne pas le faire.
- Si les cigarettes ne s'écoulent pas correctement, la boîte se déverrouille alors qu'elle est encore pleine.
Bref, sigma 8 ou rien.

Banc de test

Les premiers essais se sont révélés très efficaces pour broyer les cigarettes mais je n'en voyais pas l'utilité alors j'ai supprimé cette fonctionnalité.

L'objectif est de résister à 10'000 cycles, ce qui correspond à environ 9 ans de fonctionnement. Avec un moteur, ça prend une trentaine d'heures.

Le plan est simple: on casse, on modifie, on casse, etc.
Cela dit, je ne pense pas que la minuterie mécanique soit garantie pour 10'000 gigots au four, il faudra que j'en mette 2-3 de côté.

Test #1

Le suspens n'a pas été très long, après 800 cycles, elle a commencé à faire des bruits bizarres, puis à sauter des dents.
On se remet au boulot. De toutes façons j'avais dit que j'étais pas pressé.

20 avril 2016

Debriefing du premier test:
Un des paliers du plateau de distribution est sorti de son logement (j'ai dû oublier de le chauffer) et l'augmentation du frottement a légèrement tordu l'axe du pignon qui entraîne le poussoir, ce qui lui a fait sauter des dents.
Moi qui espérais du sang et des larmes, je suis bien déçu.
C'est une erreur de design, j'ai corrigé le problème en ajoutant un treillis.



Test #2

Après 6'500 passes, voici une superbe rupture de fatigue ! N'est-ce pas que c'est beau?
Chaque fois que je regarde cette image je dois retenir mes larmes.

Ne faites pas attention à la crasse, j'ai mélangé de la crème abrasive de salle de bain à de l'huile de tondeuse pour roder les pièces.

Cause:
J'ai été un peu léger sur ce coup-là, c'est à se demander comment une paroi aussi fine a pu résister à +7 k impacts à 15 km/h.

Fix:
J'ai doublé l'épaisseur de la paroi et ajouté une rondelle en mousse pour amortir le choc.

Test #3

5000 passes de plus et l'actionneur du peaucellier a commencé à sauter des dents.
Après démontage, en les mettant côte à côte, je ne vois pas de gros problème.

Il y a une usure, c'est normal après +12 k passes (cette partie a subi les trois tests), mais il a l'air encore fonctionnel.

Cause:
Au montage, j'avais remarqué un jeu de 1.5mm (que je ne m'explique toujours pas).
Pour des dents de 2.5mm, 1.5mm ça compte.
Ca fonctionnait quand-même alors je l'ai laissé comme ça, mais l'usure a toujours raison.

Fix:
J'ai élargi le rack noir pour combler le jeu, même si ça m'agace que ça morde un peu sur le dessin.

 ===== Ecoulement du réservoir =====
 

Je l'ai déjà dit, à cause du verrouillage de la boîte, l'écoulement des cigarettes du réservoir doit être infaillible sinon le projet n'est pas viable.

C'est un peu comme un mikado, quand on enlève les cigarettes tout doucement il se peut qu'il se forme une voûte, et non, je vais pas taper sur le côté à chaque fois.

J'avais pensé à un levier pour soulever lentement les cigarettes au remontage et les faire retomber d'un coup, mais j'y crois pas trop.

A la place, je pense mettre deux rouleaux qui tournent dans le sens contraire de l'écoulement. Ca demande moins d'énergie et ça devrait être suffisant comme agitation.

Le pignon vert est mobile, les rouleaux ne doivent tourner que dans un sens et seulement lorsqu'on remonte le mécanisme.
Il ne manque plus que le réservoir en plexi pour faire les tests, ce sera pour la prochaine fois.

28 mai 2016

Le réservoir en plexi est fini et on voit ici un exemple de voûte formée par les cigarettes, exactement ce qu'on veut éviter:

Après pas mal de tentatives infructueuses dont je vous épargne les détails, j'ai finalement opté pour deux cylindres qui tournent dans le même sens:

avec un profil qui ressemble à du Torx, ce qui permet de faire bouger un des deux plateaux du fond pour remuer le réservoir.

Ça fonctionne bien, il est extrêmement rare que la machine n'arrive pas à attraper une cigarette, pas d'ouverture intempestive (le 0 du compteur).

J'ai encore un petit souci avec de temps en temps une cigarette qui arrive de travers et bloque l'éjection, comme à la fin de la vidéo.
C'est pas rédhibitoire, puisqu'en fonctionnement normal ça ne ferait qu'un bourrage par année et on arriverait à la dégager depuis la trappe extérieure.

Mais ça bloque le banc de test en bourrant 18 clopes et ça, c'est inacceptable.

29.06.2016

QC PASSED !

J'ai réglé le problème des cigarettes arrivant de travers en recouvrant la rampe de mousse antidérapante. Il y a eu juste un bourrage vers 6'500 mais j'ai décidé de poursuivre le test, car ce n'est pas gênant en situation réelle, surtout si ça ne se produit qu'une fois tous les 5 ans. L'objectif principal était de vérifier la résistance des pièces.

Deux petites remarques:

Les cigarettes s'écoulent uniquement sur la moitié gauche, c'est dû au sens de rotation des rouleaux et au fait qu'elles retombent dans le réservoir dans cette zone là, mais ça n'empêche pas la machine de se vider entièrement, comme on le voit à la fin de la vidéo (avec une petite tape discrète pour les 3 dernières).

Comme chaque cigarette est éjectée env. 150 fois, j'ai dû coller le tabac pour qu'elles ne se vident pas, il y a quelques tâches de graisse aussi, mais je trouve le résultat assez esthétique, surtout les fondus enchaînés sur le ressort en haut à gauche.

Le timelapse complet n'a pas grand intérêt, mais je le mets quand-même pour les insomniaques.


Prochaine étape: hacking de la minuterie de cuisine (où l'on va enfin savoir si ce projet est réalisable).

timer

21 août 2016

A ma connaissance, tous les timers de cuisine sont construits sur le même modèle:
Un ressort à double spirale (1) dont un côté est démultiplié ~8000x sur un échappement-balancier (2) qui régule la marche et l'autre côté ~200x fois sur un échappement-marteau (3) qui frappe le boîtier en métal.

1 2 3

Le contrôle du mécanisme est fait par cet empilement de trois pièces (4) qui permettent d'enrouler les deux spirales en même temps, qui limitent la rotation à un tour (= 1h) et qui libèrent la sonnerie à la fin du compte à rebours.

4

Pour que la minuterie tourne 4h, il suffit de supprimer ces trois pièces et de bloquer le marteau. En jouant sur la tension de la deuxième spirale, on arrive à 6h30.

Sur une suggestion de [Sinux], j'ai fabriqué un anti-retour dans une douille à cliquet (pour qu'on ne puisse pas désarmer la minuterie), mais je n'en suis pas très satisfait parce qu'il tire l'axe sur le côté et risque d'ajouter du frottement.
Je vais essayer de le refaire avec trois ressorts en étoile, si je n'y arrive pas, je pourrais peut-être réutiliser l’anti-retour du marteau. (5)

5

Je craignais que les axes ne s'encrassent avec le temps, alors j'ai ajouté un ressort sur le poussoir. Maintenant c'est lui qui tire le plateau de distribution et la minuterie le retient jusqu'à la gâchette, ensuite elle rattrape le jeu et provoque l'éjection (un poil trop tôt (4h30), je corrigerai à la lime).
Du coup ça fait trois ressorts tendus en bout de course (6), alors J'ai dû serrer un peu l'embrayage à friction. (7) C'est plus dur à remonter, mais ça va.

6 7

Je ne suis pas très tranquille avec toutes ces pièces en nylon, même en fonctionnement normal je les imagine mal durer très longtemps, alors avec le ressort à bloc…

En ce moment je démonte toutes les vieilles minuteries de cuisine en espérant tomber sur une full metal, mais sans succès. Je vais peut-être voir du côté des vieilles cuisinières, micro-ondes et autres trucs qui font ding à la fin du temps écoulé.

En attendant, ça fonctionne !


Prochaine étape: l'humidification


humidification

8 novembre 2016

Rappel: La boîte pleine met 2-3 mois pour délivrer les 200 cigarettes qu'elle contient, il faut donc s'assurer qu'elles ne sèchent pas.

La première solution qui vient à l'esprit est de mettre une éponge mouillée dans la boîte, malheureusement cela ne fonctionne pas, car l'éponge va diffuser de la vapeur d'eau jusqu'à ce que l'hygrométrie de l'air arrive à saturation (100%), or le tabac moisit au dessus de 75%.

Les amateurs de tabac à rouler utilisent généralement un morceau de pomme, de pomme de terre ou de carotte pour ré-humidifier du tabac sec. C'est pratique et efficace car il n'y a pas de contact avec de l'eau, seulement avec de la vapeur d'eau, mais peut-on conserver le tabac à long terme de cette façon ?
C'est ce qu'on va voir.

J'ai mis différents aliments et autres produits qui traînaient par là dans un récipient de 3 litres fermé et je les ai laissés jusqu'à ce que l'humidité de l'air se stabilise.

On remarque que la plupart arrivent à 100 % ou presque, mais la surprise vient d'une madeleine pur beurre :


Elle stabilise l'air à 72-73% d'hygrométrie (ce qui en passant est l'hygrométrie idéale pour conserver des cigares, pour ceux que ça intéresse)

J'ai refait le test en démarrant avec de l'air humide dans le récipient et le résultat est étonnant:

Après seulement 35 minutes, les deux courbes sont à moins de 1% l'une de l'autre.
Ce petit gâteau est donc aussi bien capable de diffuser de l'humidité que d'en absorber l'excès.

N.B. On remarque que la température monte pendant les mesures, c'est dû à la chaleur dégagée par le ventilateur qui brasse l'air à l'intérieur du récipient. Pour la suite, j'ai fait varier la vitesse du ventilateur pour maintenir la température à 23°C.
Pour mesurer l'hygrométrie il faut une température stable et homogène, sinon les résultats deviennent assez vite imprévisibles.

Revenons à nos madeleines : Quelle peut bien être la cause de ce phénomène étrange ?
Allons voir du côté de la composition :

OK pas besoin de chercher plus loin.

E420 aka Sorbitol (2) est une poudre blanche d'origine végétale utilisée dans l'industrie agroalimentaire pour ses propriétés édulcorantes et conservatrices.

E422 aka Glycérol aka Glycérine (3) est un liquide visqueux obtenu à partir de graisses (végétale, animale ou minérale). Il est utilisé dans l'industrie agroalimentaire (pour les mêmes raisons que le sorbitol) et cosmétique, mais aussi comme antigel (4), pour générer de la fumée ou encore nourrir les vaches laitières (5).

Ces deux produits sont fortement hygroscopiques à cause de leurs fonctions alcool, ils se dissolvent à l'air libre en captant l'humidité.

On pourrait aussi appeler ça des « des-humectants », car leur boulot ici c'est de maintenir l'hygrométrie en dessous de 75 % dans un emballage hermétique pour assoiffer les moisissures et les bactéries et prolonger ainsi la durée de conservation.(6)

Bien que je n'allaite pas en ce moment, j'ai choisi le glycérol car il est plus facile à trouver sous sa forme pure que le sorbitol, qui lui ne semble pas avoir d'autre usage civil que celui de laxatif.

Pour reproduire le comportement de la madeleine, essayons d'abord avec plusieurs concentrations:


Nous avons donc :

%Gly%H2OHygrométrie
257595.5%
505084.1%
752562.7%


Et sans trop se mouiller ha ha, on peut ajouter:

%Gly%H2OHygrométrie
0100100%
10000%



La courbe lissée :

On zoom sur la zone qui nous intéresse et on inverse la fonction :

On essaie :


71.4 % ! pas maaal !

OK, puisqu'on est là et qu'on est concentré, si on essayait de calculer le bon ratio?

Alors l'hygrométrie, c'est quoi ?

L’humidité relative Φ (Phi) est le rapport entre la vapeur d’eau contenue dans un volume d’air et la vapeur d’eau maximum qui pourrait être contenue dans ce volume à ces mêmes pression et température.

Comme la pression exercée par un gaz est proportionnelle au nombre d'atomes qu'il contient (1 mole de gaz parfait occupe environ 24 litres dans l'air ambiant), on peut exprimer l’hygrométrie par un rapport entre la pression partielle de vapeur d'eau Pvap et la pression maximum, qu'on appelle pression de vapeur saturante Psat ou vapor pressure en anglais.


La pression de vapeur saturante est un point d’équilibre où il y a toujours des échanges gaz→liquide et liquide→gaz, mais ils sont équivalents.

Lorsqu'on est à saturation, ce rapport vaut évidemment 1, ou 100 %.

Notre objectif est de stabiliser la pression partielle de vapeur à 72 % de la pression de vapeur saturante.

On va utiliser une application de la loi de Raoult:

“Dans une solution idéale, la pression partielle en phase vapeur d'un constituant est proportionnelle à sa fraction molaire en phase liquide.” (7)

Précision : en thermodynamique, l'idéalité est une ruse pour dire que tout ce qui nous oblige à résoudre des équations différentielles du deuxième ordre sont des choses mesquines et de peu de valeur.

Pour que la solution soit idéale, il faut que le soluté se dissolve complètement sans que ses propriétés n'en soient radicalement modifiées, qu'il ne se scinde pas en différents composants et que les interactions moléculaires du soluté et du solvant soient similaires, du moins à des températures et des pressions humainement supportables.

La loi de Raoult peut être exprimée par la formule (8):

En appliquant la formule au glycérol, on obtient:

Quoi ?! Une différence de 0.2 % entre une courbe faite à partir de trois mesures et une formule simplifiée ? C'est totalement improbable, pour plusieurs raisons:

1. L'idéalité

Quand on compare les caractéristiques de l'eau et le glycérol, on a du mal à imaginer qu'ils ont le même comportement au niveau moléculaire :

H2O Gly
Masse volumique 0,997 1,260
Masse molaire 18,01 92,09
viscosité 0,001 1.49
T° fusion 0 °C 18.2 °C
T° ébullition 100 °C 290 °C

En plus, après avoir versé de l'eau déminéralisée ils se crée spontanément des tourbillons qui laissent supposer un changement d'enthalpie.


Je n'ai pas mesuré la température du mélange, il est possible qu'elle change, ainsi que le volume.

Bref, les solutions idéales ça n’existe pas.

2. La température

L'hygrométrie stabilisée au dessus d'une solution dépend de la température, alors qu'il n'y en a aucune trace dans la formule, même de manière implicite.

Le truc du ventilateur marche assez bien, mais si j'avais fait les mesures à 20°C par exemple, j'aurais obtenu des résultats différents. (9)

Et puis j'ai remarqué que les mesures variaient avec la température de la pièce, ce qui surprend un peu vu qu'à l'intérieur du récipient elle est stable, mais je pense que la température des parois a un impact la condensation.

3. L'hygrométrie

Les hygromètres se distinguent généralement par leur remarquable imprécision.
Le fabriquant annonce une erreur de +- 3 % (1) et pourtant ce n'est déjà pas si mal, car même avec du matos sérieux, on ne peut guère espérer mieux que +-1 %.

D'un autre côté, si c'est si difficile à mesurer, c'est que ça n'a pas grand effet, sans ça ce serait facile à mesurer.

4. Le mélange

J'ai utilisé une balance bon marché pour mesurer les proportions, je ne connais pas la marge d'erreur.


5. Madame Braun et monsieur Braun (10)

J'ai comparé les deux courbes avec leurs mesures faites en laboratoire.

La courbe verte c'est eux, en multipliant les mesures, j'aurais probablement obtenu une courbe aussi irrégulière. On remarque également que 72 %, c'est pratiquement l'endroit où ma courbe croise celle de Raoult.
C'est pas que ça me fait pas plaisir, mais c'est le pur fruit du hasard.

Voilà, il ne nous reste plus qu'à mesurer l'hygrométrie contenue dans des cigarettes fraîchement déballées :


Bon ben je crois que je vais utiliser le même mélange que toute à l'heure, autrement ça va trop se voir que j'essaie de gagner du temps.
C'est vrai que je suis un petit peu nerveux à l'idée de n'avoir bientôt plus que 3 clopes par jour…

(1) https://www.bosch-sensortec.com/bst/products/all_products/bme280
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sorbitol
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Glyc%C3%A9rol
(4) http://expertsantigel.com/coolant_overview/lavenir_des_liquides_de_refroidissement
(5) https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00888735/document
(6) https://books.google.ch/books?id=rthi4YXGCOgC&pg=PA26&lpg=PA26&dq=humectant+moisissures+bact%C3%A9ries&source=bl&ots=_obVNQIisr&sig=l-_CnXTlQzKUjgtix-ukn3jWDgw&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwie74frpJTQAhVIQBQKHfIICMQQ6AEIQDAE#v=onepage&q=humectant%20moisissures%20bact%C3%A9ries&f=false
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Raoult
(8) http://www.esrf.eu/UsersAndScience/Experiments/MX/How_to_use_our_beamlines/forms/equation-3
(9) https://books.google.ch/books?id=Wh_KqCXPn3gC&pg=PA153&lpg=PA153&dq=humidity+glycerin+temperature&source=bl&ots=UwXeNhKvrY&sig=pVQyoWAWOHLFDnqanI1QRJKhhCk&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwjpzdflppTQAhUBVhQKHQxcB8IQ6AEINjAE#v=onepage&q=humidity%20glycerin%20temperature&f=false
(10) http://corrosionjournal.org.sci-hub.cc/doi/abs/10.5006/0010-9312-14.3.17



Prochaine étape : La boîte extérieure

boîte extérieure

15 septembre 2017 (C'est pas moi qui lambine, c'est le temps qui s'envole.)

Petit changement depuis la dernière mise à jour: finalement je ne vais pas utiliser cette vieille boîte en bois trouvée au marché aux puces, bien que le mécanisme ait été designé pour entrer à l'intérieur.
Il s'est avéré qu'elle n'était pas assez dissuasive : il était beaucoup trop facile et tentant de faire un petit trou discret pour actionner le mécanisme d'ouverture.
On n'imagine pas ce dont un honnête homme est capable quand quelque chose lui manque.

Comme me l'a suggéré Charlie, je l'ai finalement fabriquée en plexiglas de 10mm.

Elle est déjà usinée, mais je dois encore la coller.


Je mettrai les vraies photos dans quelques jours.

Serrure (partie 1)

J'ai fait une petite animation pour décrire le fonctionnement de la serrure.

C'était un des points délicats du projet puisqu'il fallait trouver système purement mécanique qui déverrouille la boîte au moment où elle est vide pour qu'on puisse la remplir, pas avant, et seulement avec la force de la minuterie.

Le défaut de ce mécanisme c'est qu'en cas de panne la boîte reste verrouillée à jamais. Il a donc fallu ajouter un moyen alternatif de l'ouvrir.
J'ai essayé avec une serrure de boîte aux lettres mais elle était vraiment trop facile à crocheter, alors oui, je sais que j'ai dit qu'il n'y aurait pas d'électronique dans ce projet, mais finalement il y en aura un petit peu quand-même.

projects/cigarettes_dispenser.txt · Dernière modification: 2017/09/15 17:23 par julio